Directives à propos des congrès de circonscription

Vous trouverez plus bas des extraits de textes faisant autorité ainsi que deux lettres complètes de la Maison universelle de justice au sujet des élections bahá’íes :

Dans les écrits de ‘Abdu’l-Bahá, il est expressément noté que les assemblées nationales doivent être indirectement élues par les amis; c’est-à-dire que ceux-ci, dans chaque pays, doivent élire un certain nombre de délégués qui, à leur tour, éliront parmi tous les amis du même pays les membres de l’assemblée spirituelle nationale. […] Ces électeurs secondaires, soit par correspondance, ou de préférence en réunion, délibéreront premièrement sur les affaires de la Cause dans tout le pays […] et éliront parmi tous les amis du pays les neuf personnes qui seront les membres de l’Assemblée spirituelle nationale. [traduction]

Shoghi Effendi, Bahá’í Administration, Wilmette, BPT, 1974, p. 39–40

Je vous prie instamment chacun, et je renouvelle ma seule demande avec toute l’ardeur de ma conviction, de faire […] encore un effort, cette fois-ci plus spontané et désintéressé qu’avant, et de vous efforcer d’aborder votre tâche — l’élection de vos délégués, aussi bien que de vos représentants nationaux et locaux — avec cette pureté d’esprit qui seule peut exaucer le désir le plus chéri de notre Bien-Aimé. Rappelons son assurance explicite et souvent répétée, toute assemblée élue dans cette atmosphère exaltée de désintéressement et de détachement est, en vérité, choisie de Dieu […]. [traduction]

Shoghi Effendi, lettre aux croyants citée dans la compilation : Principles of Bahá’í Administration, London, BPT, 1973, p.65

Il désire insister sur le fait qu’il est important de rappeler aux croyants qu’ils devraient faire tous les efforts possibles pour assister à la réunion lors de laquelle les délégués de l’État ou de la province sont élus, de manière à stimuler une plus grande conscience du plus grand groupe, ce qui facilite le processus par lequel les croyants apprennent à se connaitre et crée une étape intermédiaire, qui deviendra progressivement plus utile et nécessaire, entre l’organisation locale, représentée par le groupe ou l’assemblée, et l’action collective nationale, représentée par les activités du congrès [national] et de l’institution de l’assemblée nationale. »

Shoghi Effendi, lettre écrite de sa part à l’Assemblée spirituelle nationale des bahá’ís des États-Unis, datée du 16 novembre 1943

La Maison de justice comprend que, dans une élection de district, de nombreux électeurs connaîtront peu les croyants de leur région, bien que, naturellement, ils feront tout ce qu’ils peuvent durant l’année pour suivre les nouvelles sur le travail de la Foi et sur les activités de leurs coreligionnaires. Tout ce qu’un électeur peut faire, est de voter pour des croyants qu’il connaît, soit personnellement soit de réputation, en ayant confiance que, en fin de compte, Dieu produira le meilleur résultat pour la Foi. [traduction]

La Maison universelle de justice, lettre écrite de sa part à un croyant, datée du 14 février 1982

En effet, une des fonctions importantes d’un congrès de circonscription, lors duquel les délégués sont élus, est de permettre aux délégués de conférer avec les croyants présents afin de se familiariser avec leurs opinions et leurs champs d'intérêt pour se préparer à participer au congrès national.

La Maison universelle de justice, lettre écrite de sa part à un croyant, datée du 26 octobre 1983, citée dans la compilation : Helen Hornby, Lights of Guidance, New Delhi, BPT, 1988, 2e éd., p. 20

La Maison universelle de justice espère que la mise en œuvre [de la méthode adoptée pour élire les délégués au congrès national, sur la base des circonscriptions] favorisera un esprit de solidarité bahá’íe, élargira la base de la représentation aux congrès nationaux et que, dès lors, le travail de la Foi dans chaque pays sera caractérisé par une plus grande efficacité et une plus grande harmonie. [traduction]

La Maison universelle de justice, lettre écrite de sa part à toutes les assemblées spirituelles nationales, datée du 21 juillet 1985

Un des traits distinctifs de la Foi de Bahá’u’lláh est l’Ordre administratif bahá’í, le noyau et le modèle du futur Ordre mondial qu’il a promis. L’élection, par les croyants, dans des endroits partout dans le monde, de leurs délégués à la Convention nationale, constitue un aspect fondamental des efforts que déploient les amis pour établir cet Ordre et offre l’occasion de discuter des affaires locales et nationales. Les délégués, à leur tour, vont « remplir les fonctions d’un corps consultatif coopératif et éclairé qui enrichisse l’expérience, rehausse le prestige, soutienne l’autorité et aide aux délibérations de l’assemblée spirituelle nationale »….

La Maison universelle de justice, lettre écrite de sa part à toutes les assemblées spirituelles nationales, datée du 4 août 2016

Depuis le début de la nouvelle série de Plans visant à accélérer de manière systématique le processus d’entrée en troupes, la communauté du Plus-Grand-Nom a beaucoup appris sur l’évolution de l’Ordre administratif à la lumière des principes enchâssés dans les Écrits et de l’expérience précieuse liée à la croissance qui s’est poursuivie dans des cités, des villes et des villages aux quatre coins du monde. Un processus électoral bien organisé et mis en place conformément aux enseignements bahá’ís est une composante clé du sain développement des institutions de la Foi. Les conventions de circonscription fournissent un lieu pour approfondir la compréhension qu’ont les amis du caractère unique des élections bahá’íes, et la participation sans réserve à l’élection des délégués à la Convention nationale offre, à tous les croyants et croyantes responsables et consciencieux, l’occasion de développer des liens d’amour plus profonds et de renforcer le lien spirituel qui les unit à leur assemblée spirituelle nationale. La Maison universelle de justice espère de tout coeur qu’un nombre sans cesse croissant d’amis se lèveront pour accomplir cette obligation sacrée….

La Maison universelle de justice, lettre écrite de sa part à toutes les assemblées spirituelles nationales, datée du 4 août 2016